La première revue de modélisme naval
    Contact      Panier      Accueil  

SOMMAIRE
NEWS et BRÉVES - page 4
REPORTAGE - page 6 - 10 - 18 - 24 - 40
ESSAIS - page 14
MAQUETTE PLASTIQUE - page 30
PLAN ENCARTE - page 36
PLAN du MOIS - page 48
MARINE ANCIENNE - page 58
COURRIER des LECTEURS - page 64
TRUCS et ASTUCES - page 66
BIBLIOTHÉQUE - page 68
ARTICLES PARUS en 2002
ECHOS - page 80
PETITES ANNONCES - page 82
ABONNEMENT MRB
LIBRAIRIE MRB
LIBRAIRIE CATALOGUES
ANCIENS NUMEROS
NOS LIENS INTERNET



Mailing List MRB
Votre adresse E-Mail :

Inscription
Dés inscription



1024 x 768

© Tous droits réservés 2003 Avertissement

Administrateur, Réalisateur, Webmaster   Webmaster
MAQUETTE PLASTIQUE
 
Historique

   La Fayette, homme politique français du XVIIIe siècle, qui s'était donné pour cause à défendre : la liberté. Il a été jusqu'en Amérique pour le prouver avant de revenir en France pour la Révolution, en 1789. Les événements prouvent que la croisade entreprise par La Fayette pour l'indépendance des États-Unis d'Amérique a porté ses fruits : à deux reprises et à 25 années de distance, les soldats américains aideront les Français à retrouver leur liberté.
Nous retrouvons souvent son nom dans l'histoire de la marine française. D'abord dans la marine à voile puis, après-guerre, par un porte-avions américain (ex-américain Langley) rebaptisé en service dans la Marine nationale de 1951 à 1963, puis aujourd'hui dans une classe de frégates légères portant le nom générique de type La Fayette. La première de ces frégates est commandée à l'arsenal de Lorient le 14 mars 1988 et portera donc le nom de F710 La Fayette.
   Mis sur cale le 15 décembre 1990, mis à flot le 13 juin 1992, la frégate F710 La Fayette, est le premier d'une série de 5 bâtiments comprenant : le F711 Surcouf, le F712 Courbet, le F713 Aconit, et le F714 Guepratte. Elle est admise au service actif le 22 mars 1996.
   Conçu principalement pour préserver et faire respecter les intérêts de l'Etat sur les espaces maritimes outre-mer et pour participer au règlement de crises hors Europe, ce bâtiment de combat de premier rang, également susceptible d'être intégré à une force aéronavale, a été progressivement mis en service dans la force d'Action Navale. C'est pourquoi, il est aujourd'hui intégré à la composante toulonnaise. Il peut aussi être amené à assurer le soutien d'une force d'intervention ou la protection du trafic commercial, et à effectuer des opérations spéciales ou des missions humanitaires.
   L'importance accordée à la réduction de la signature radar et acoustique de ces nouvelles unités, a amené à concevoir la construction et "l'esthétique" de ceux-ci différemment. Si l'on devait caractériser les frégates La Fayette d'un seul mot, c'est bien celui de "furtif" qui est dans tous les esprits. La furtivité n'est pas l'invisibilité car il est impossible avec les moyens actuels de faire disparaître une cible de l'écran radar adverse. Par contre, on peut diminuer la taille apparente (SER : Surface Apparente Radar) de façon à tromper l'ennemi. Pour rendre un bâtiment (ou un aéronef) furtif, il va falloir porter ses efforts sur deux axes :
- modifier la forme extérieure de l'objet de manière à disperser les ondes radar pour qu'elles ne reviennent pas à l'émetteur (inclinaison des parois, suppression des aspérités, carénage des superstructures) ;
- utiliser des matériaux absorbants. Pour le programme La Fayette, l'innovation concerne surtout l'usage du CVR (Composite Verre Résine) pour la confection des superstructures...
Frégate
La Fayette
de Heller
au 1/400 ème


Patrick Badouard - Page N° 30



Retour     Contact | Panier | Accueil